Border

Voilà un ovni tout droit venu du fin-fond de la Suède ! Border, c’est l’histoire d’une douanière au physique pour le moins disgracieux, qu’on appellera Tina au début du flim. Celle-ci excelle dans son métier grâce à un flair presque animal pour ressentir les émotions des gens et par la même mieux déceler les contrevenants. Et puis un jour, elle rencontre un type tout aussi moche qu’elle (Vore, lui, son nom ne changera pas).

Il y a une espèce de brutalité dans ce flim qui le rend parfois déroutant, comme lorsque les deux tourtereaux font quelque chose qui ressemble à l’amour dans la forêt. La photographie, elle aussi, est simple et brute, d’ailleurs. À un moment, le flim s’engage sur le terrain du fantastique, et cela permet de justifier ce qu’on nous montre, c’est cohérent avec l’ensemble mais c’est quand même sacrément barré, ou scandinave je ne sais pas. Abordant des sujets politiques, le réalisateur se sert de son histoire de trolls pour critiquer assez subtilement le monde moderne.

Côté scénario, le fait que l’enquête policière, très annexe et dont le flim pourrait allégrement se passer, mène finalement à ce Vore, est un peu grossier ; tout comme on peut critiquer les déboires des hommes sans aller forcément parler de pédophilie. Mais ça n’en reste pas moins un flim déroutant, intéressant et original, qui aborde des sujets politiques et écologiques à propos de la place de l’humanité, ainsi que les questions d’identité. Étonnant, mais à voir !

En résumé…

Border

Border

Réalisation : Ali Abbasi

Photographie : Nadim Carlsen

Scénario : Ali Abbasi, Isabella Eklöf, John Ajvide Lindqvist

Pays : Suède, Danemark

Année : 2019

Un flim déroutant, intéressant et original, qui aborde des sujets politiques et écologiques à propos de la place de l'humanité, ainsi que les questions d'identité. Étonnant, mais à voir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *